Investir dans l’immobilier : 10 points à considérer afin d’éviter les mauvaises surprises

7
Partager :

##MT##Fiscalité investissement locatif : Acte important et impliquant##/MT##

##/MD##Fiscalité investissement locatif : Que votre objectif soit de bâtir un patrimoine ou de défiscaliser, un investissement ne se fait pas à la légère. ##/MD##

A lire en complément : Comment garantir une meilleure croissance à son entreprise ?

Investir dans l’immobilier locatif attire un maximum de français. Ceux qui désirent réaliser un placement intéressant savent que se constituer un patrimoine immobilier permet de se constituer un complément de revenu. De plus, l’investissement immobilier a un rendement dépassant l’assurance vie et l’épargne règlementée !

Le bon choix d’un bien immobilier

S’il s’agit de l’achat de votre première résidence principale ou secondaire, il vaut mieux que le placement immobilier soit un studio ou encore un deux pièces, bref de petites surfaces. Sur ce type de bien, la rentabilité peut atteindre 5.5 à 6% dans les grandes villes. Pour l’investisseur optant pour un investissement immobilier locatif loin de chez lui, optez pour une gestion de patrimoine.

A découvrir également : Virement DRFIP : à quoi cela correspond ?

Sinon vous pouvez vous orienter vers la location meublée. Dans ce cas, il faut bien choisir son secteur avant d’investir dans l’immobilier.

La question est de savoir aussi si vous devez réaliser un investissement dans un logement neuf ou un bien ancien. Il est important de noter que le dispositif Denormandie donne droit à des avantages fiscaux des biens immobiliers dans l’ancien. Dans l’immobilier neuf, c’est plutôt la loi Pinel qui est mise en avant pour vous faire profiter d’une réduction d’impôt.

La fiscalité investissement locatif

L’investissement immobilier, ce qu’il y a d’intéressant, c’est de le mettre en location pour avoir un complément de revenus ou préparer sa retraite. Mais avant, il faut déterminer le rendement de l’immobilier locatif et les dispositifs de défiscalisation.

Ainsi, vous devez évaluer le rendement brut et net de votre patrimoine en incluant les estimations des frais de gestion locative. 

Un professionnel saura aussi vous conseiller sur la défiscalisation immobilière et sur l’avantage que vous pouvez avoir sur vos revenus locatifs par exemple.

Gardez toutefois en tête que vous serez imposés sur les revenus fonciers en fiscalité en investissement locatif. L’évaluation du rendement net vous donnera la faculté d’estimer la rentabilité réelle après réduction d’impôts et avantages fiscaux comme 

  • Pinel, 
  • Malraux, 
  • Censi-bouvard …

Financer vos investissements immobiliers

Il est tout à fait possible de se constituer un patrimoine sans avoir un capital de départ. Pour ce faire, vous pouvez souscrire un crédit immobilier. 

N’hésitez pas à faire une comparaison avant d’acheter un bien et pour trouver l’offre la plus intéressante. Mais encore faut-il définir une bonne stratégie patrimoniale avec votre conseiller afin d’avoir des mensualités peu importantes. 

Dans tous les cas, lors d’un investissement locatif, il faut toujours être prévoyant et garder une petite épargne. 

Définir le type de bail

En fonction de la zone géographie, le marché immobilier diffère. Il peut être plus judicieux de choisir un type de bail plutôt qu’un autre.

Dans une ville universitaire, la mise en location d’un bien meublé est un vrai atout pour bénéficier de locataires et de loyers tout au long de l’année. La durée du bail du bien loué meublé est reconductible contrairement au logement vide. De plus, vous pouvez récupérer votre logement plus rapidement, ce qui est plus avantageux.

Souscrire à une garantie de loyers impayés

En tant qu’investisseur, on s’expose à ce que le locataire ne paie pas son loyer. Si les mensualités d’un crédit sont à rembourser dans le même temps, cela peut exposer le propriétaire. 

La première chose à faire c’est de s’endetter dans des proportions raisonnables pour éviter que les locataires ne sont défaillants.

Pour investir, vous pouvez aussi souscrire à une Garantie de Loyers Impayés qui permet de bénéficier d’une assurance. Dans la majorité des cas, le gestionnaire peut offrir la garantie qu’il a lui-même souscrit pour un contrat cadre avec l’assureur. Mais si vous voulez faire cela seul, sans aide externe, vous devez prévoir 3% des loyers pour les frais de gestion.

2

Partager :
Show Buttons
Hide Buttons