Où trouver numéro de compte Urssaf 18 chiffres ?

9
Partager :

Sharez232TweetezSharez232 Partages 4.5 / 5 ( 40 votes )

Le Vendeur de maison indépendant ou VDI a un vrai loi depuis 1993. Le État VDI est particulièrement adapté pour la création d’une entreprise de vendeur indépendant ou dans le cadre d’une activité complémentaire ou occasionnelle.

A lire en complément : Comment faire de largent avec 100.000 euros ?

Le État VDI distribuer le VDI (Vendeur indépendant) inscription dans un registre professionnel soumis à un seuil de rémunération.

A lire aussi : Qu'est-ce que l'investissement dans une entreprise ?

Il existe trois types de Contrat VDI . Quel que soit le type de contrat conclu, les règles en matière de protection sociale et de déclaration fiscale sont identiques. De même, la VDI conserve son indépendance et le autonomie de l’organisation de son travail, que ce soit pour le temps passé ou pour les méthodes de prospection et de planification de ses réunions.Comme son nom l’indique, le VDI est indépendant, il n’y a donc pas de relation de subordination entre lui et le vente directe pour laquelle il exerce ses activités commerciales.

L’état VDI minimise les étapes à suivre lors du démarrage d’une activité. Toutefois, une déclaration de début d’activité doit être faite au CFE de l’URSSAF.

CFE URSSAF

Vendeurs de maison indépendants : Code commercial

Article L135-1

Le vendeur indépendant est la personne qui effectue la vente de biens ou de services dans les conditions prévues à la section 3 du chapitre I du titre II du livre I du code de la consommation, à l’exclusion de la sollicitation par téléphone ou par tout moyen technique similaire, en vertu d’un accord écrit de représentant, d’agent, de revendeur ou de courtier, le liant à la société qui lui confie la vente de ses produits ou services.

Article L135-2

Le contrat peut prévoir que le vendeur fournisse des services destinés au développement et à l’animation du réseau de vendeurs indépendants, si ceux-ci sont susceptibles de promouvoir la vente de produits ou de services de l’entreprise, réalisés dans les conditions mentionnées à l’article L. 135-1. Le contrat précise la nature de ces prestations, définit les conditions d’exercice et les modalités de rémunération.

Pour l’exercice de ces avantages, le vendeur ne peut en aucun cas se livrer à une activité patronale, ni être en relation contractuelle avec les vendeurs indépendants qu’il dirige.

Aucune rémunération, à quelque titre que ce soit, ne peut être payé par un vendeur de maison indépendant à un autre vendeur indépendant, et aucun achat ne peut être effectué par un vendeur de maison indépendant auprès d’un autre vendeur indépendant.

Article L135-3

Les vendeurs indépendants dont le revenu d’activité a atteint un montant fixé par ordre au cours d’une période définie par la même ordonnance sont tenus de s’inscrire au Registre du Commerce et des Sociétés ou au Registre Spécial des Agents Commerciaux à partir du 1er janvier suivant cette période.

La plaque plate est facultative. Mais si la rémunération brute trimestrielle avant réduction de 10 % pour les dépenses professionnelles dépasse le seuil de 27 fois le plafond journalier de la sécurité sociale (soit 5 103 euros en 2020), l’employeur ne peut pas appliquer la base forfaitaire. Les cotisations sont ensuite calculées sur la base effective, selon les taux de common law.

Activité réglementée, sollicitation à domicile appelée « porte à porte », ou la vente lors d’une réunion consiste à offrir au consommateur de souscrire à un contrat de vente, de location ou de prestation de services. La résolution est soumise à des règles de protection concernant le contenu du contrat et les délais de rétractation.

En cas de rémunération brute trimestrielle, avant la réduction de 10 % des dépenses professionnelles, inférieure à 3 fois le plafond journalier de la sécurité sociale (soit 567 euros en 2020), la rémunération perçue par le vendeur est exonérée du paiement des cotisations et cotisations sociales.

Art. L. 135-2.

Aucune rémunération, à quelque titre que ce soit, ne peut être versée par un vendeur indépendant à un autre vendeur indépendant, et aucun achat ne peut être effectué par un vendeur indépendant d’un autre vendeur indépendant.

Inscription dans le RCS/RSAC est obligatoire pour les vendeurs résidentiels qui ont exercé pendant trois années civiles consécutives, même par intermittence, et qui ont gagné une rémunération annuelle brute pour chacune de ces années plus de 50 % du plafond annuel de la sécurité sociale (soit 20 568 en 2020).

Cette inscription doit avoir lieu à partir du 1er janvier suivant ces 3 années civiles.

La relation entre la VDI et la société de vente directe est définie comme suit par la circulaire ministérielle du 22/06/2011 :

1 — Le Vendeur de Maison Indépendant (VDI) gère librement l’organisation de son travail et détermine seul son niveau d’activité et ses objectifs financiers sans que l’entreprise puisse lui donner des directives . Sous réserve de cette condition, la société peut néanmoins offrir une assistance qui n’est pas caractéristique d’une relation de subordination et qui ne peut remettre en cause le statut d’un vendeur de maison indépendant.

Soutien au démarrage et pendant l’activité , tel qu’il est proposé aux concessions ou aux réseaux de franchise, n’est pas caractéristique d’un service organisé et peut inclure les services suivants  :

  • informations sur gestion des stocks des produits et les conditions d’achat et de prise en charge par la société.
  • la fourniture de formation spécifique lois spéciales relatives à la vente de maisons (lois sur la protection des consommateurs et lois sur la sollicitation maison, vente à crédit,…) et la déontologie professionnelle (code de vente directe).
  • de informations périodiques techniques ou commerciales tels que : brochures ou guides qui donnent des conseils au VDI sur son activité, communication au VDI d’un plan d’assortiment standard, documents nécessaires à son activité (bons de commande pour consommateurs, fiches techniques relatives aux produits vendus…), invitations à des réunions, séminaires ou autres événements, actions promotionnelles et publicitaires sous forme d’échantillons, catalogues, cadeaux pour les clients VDI livrés selon les normes de l’entreprise.

2 — VDI et entreprise échangent mutuellement des informations sur l’état du marché, les besoins du client, la situation concurrentielle, les résultats du réseau crypté et généralement toutes les informations utile à la pratique de la profession . À cette fin, des réunions peuvent avoir lieu.

3 — En ce qui concerne l’assistance commerciale, la société peut communiquer un taux public recommandé ou même un prix maximum au-delà duquel le produit ne peut pas atteindre l’utilisateur, dans l’intérêt du consommateur et afin de préserver l’image de marque du produit ou du service envers le client.

4 — Enfin, un gestion et assistance administrative peut être amené au vendeur de la maison par la société dans les domaines suivants :

  • La fourniture de modèles comptables permettre au VDI d’effectuer le comptable comptable comptable de ses opérations ;
  • la fourniture d’un système de gestion , y compris le stock de produits. la communication du montant des commissions acquises par le vendeur chez lui pour son entreprise.
  • la mise en place d’un Bulletin Compter qui peut remplacer, le cas échéant, la facturation des commissions. Le relevé de déduction est également établi lors de la communication de la marge bénéficiaire par la VDI à la société, lorsqu’elle procède à l’achat et à la revente. Ce bulletin peut être utilisé comme écriture comptable lorsqu’il contient le gain réel du VDI.

À condition que le la société met à la disposition du VDI les éléments de vérification nécessaires, une telle assistance ne constitue pas une ingérence dans la gestion .

En contrepartie, le Vendeur domestique doit respecter les engagements suivants :

Respect des normes commerciales de l’entreprise.

La VDI présente, expose, démontre et vend les produits et services de l’entreprise exclusivement aux particuliers dans les conditions prévues à l’article L. 121-21 du code de la consommation.

L’agrément du VDI peut être limité à un ou plusieurs des lieux couverts par l’article L.121-21 sans pouvoir bénéficier de l’exclusivité d’une aire géographique.

La présentation, la description ou la démonstration des produits ou services commercialisés est conforme aux fiches ou guides techniques et descriptifs, mais le VDI établit son propre argument commercial.

Il peut exercer toute autre activité mais ne peut accepter sans autorisation préalable la conclusion d’un autre contrat VDI avec une société concurrente distribuant la même gamme de produits.

Ces règles sont également nécessaires lorsqu’un VDI établit son propre réseau.

Respect de la législation et des règles professionnelles.

Le VDI doit respecter les règles professionnelles ainsi que les articles L.121-21 et suivants du Code de la consommation et notamment l’utilisation d’un bon de commande conforme à ces dispositions.

Marque et images du réseau.

VDI utilise le nom, le logo ou la marque de commerce de l’entreprise dans le but de distribuer des produits ou services ou de rechercher des candidats VDI conformément aux normes et à l’image et à la société et après accord préalable de celui-ci.

PROTECTION SOCIALE DU VENDEUR INDÉPENDANT

Le État VDI accorde le bénéfice de la protection sociale du salarié .

En effet, le VDI est salarié assimilé en matière de sécurité sociale (par conséquent, elle n’est pas affiliée à l’ISS) et indépendant à l’égard de l’administration fiscale . L’absence d’un lien de subordination implique qu’il considéré comme un travailleur indépendant au regard du droit du travail . Il n’y a pas de cotisations versées au titre de l’assurance-chômage, de sorte que le VDI ne pourra pas demander d’indemnisation par le Centre pour l’emploi.

L’entreprise vente directe et le VDI ont la possibilité d’opter pour l’application de plaques et de cotisations forfaitaires inférieures à un seuil de rémunération.

C’est la société qui s’occupe des déclarations et du paiement des contributions.

Droits aux prestations de sécurité sociale en nature

Les prestations en nature sont destinées au remboursement total ou partiel des frais médicaux, paramédicaux et d’hospitalisation. Les bénéficiaires de ces prestations sont l’assuré et ses bénéficiaires. Le Maladie de protection universelle prévoit que toute personne adulte sans activité professionnelle a le droit de payer ses frais de santé personnels, à condition de résider en France de manière stable et régulière. Ils n’ont plus besoin d’être rattachés à une personne assurée admissible. Par exemple, pour les personnes âgées de 18 ans et plus, la notion de droit disparaît. Seuls les mineurs continuent d’avoir le statut de personne ayant droit à ces droits.

Depuis le 1er janvier 2016, avec la Protection Universelle de la Santé (Puma), toute personne qui travaille ou réside en France de manière stable et régulière a le droit de payer ses frais de santé.

En conséquence, les conditions d’ouverture des droits sont simplifiées :

  • les employés (et similaires) n’ont plus à prouver une activité minimale, seul l’exercice d’une activité professionnelle est pris en compte ;
  • les travailleurs indépendants (artisans, commerçants, professions libérales, micro-entrepreneurs, etc.) ont également le droit de couvrir leurs frais de santé dès le début de leur activité professionnelle.

Quant aux personnes sans activité professionnelle, elles bénéficient du paiement de leurs frais de santé uniquement en raison de leur résidence stable et régulière en France.

Droits aux prestations en espèces de la sécurité sociale

Ils correspondent aux indemnités journalières en cas de maladie, de maternité et de les accidents du travail ou les maladies qui entraînent un arrêt du travail.

Les conditions d’ouverture des droits :

1 — arrêt de travail pour cause de maladie < 6 mois

En cas d’arrêt de travail dû à une maladie de moins de six mois, vous devez :

  • avoir travaillé au moins 150 heures au cours des trois mois civils ou 90 jours précédant l’arrêt de travail.
  • ou avoir cotisé sur une rémunération salariale, au cours des six mois précédant l’interruption du travail, au moins égale à 1 015 fois le SMIC horaire (10 180,45 euros pour 2019)

2 — arrêt de travail pour maladie > 6 mois

Pour un arrêt de plus de six mois, vous devez :

  • avoir 12 mois d’inscription en tant que social assuré auprès de l’Assurance maladie et avoir travaillé au moins 600 heures au cours des 12 mois civils ou 365 jours précédant l’arrêt,
  • ou avoir reçu un salaire au moins égal à 2 030 fois le montant du Smic horaire (20 360,90€ en 2019) au cours des 12 mois civils ou 365 jours précédant l’arrêt.

3 — arrêt de travail lié à une maternité

Dans le cas Arrêt du travail lié à une maternité, vous devez :

  • une preuve de 10 mois d’enregistrement (possession d’un numéro d’assurance sociale) à la date présumée de naissance,
  • cesser votre activité professionnelle pendant au moins 8 semaines,
  • soit avoir travaillé au moins 150 heures au cours des trois mois précédant la date du début de la grossesse ou le début du repos prénatal, ou avoir contribué à un salaire au moins équivalent à 1 015 fois le Smic horaire (10 180.45€ pour 2019) au cours des 6 derniers mois précédant le début du congé ou avoir cotisé sur un salaire au moins équivalent à 2 030 fois le calendrier Smic (20 360.90€ pour 2019) au cours des 12 derniers mois précédant le début de la fête.

Validation des trimestres pour les droits à la retraite

VDI acquiert des droits à la retraite (sur la base de la rémunération). À compter de 2014, le seuil de validation d’un terme à la retraite est passé de 200 fois le smic horaire à 150 fois. Vous devrez donc contribuer sur une base de 1504,50€/trimestre pour pouvoir valider celui-ci (6 018€ pour l’année pour 4 trimestres validés).

LE RÉGIME FISCAL DU VENDEUR AYANT UN DOMICILE INDÉPENDANT

Le VDI est un travailleur indépendant en ce qui concerne l’administration fiscale, de sorte qu’il est imposé sur les revenus :

  • dans la catégorie BNC (Bénéfices non commerciaux) s’il s’agit d’un agent. Étant donné que le montant brut des commissions ne dépasse pas 72 500€, le régime fiscal est celui de la micro-BNC. Une allocation forfaitaire de 34 % est alors appliquée. Le bénéfice après déduction est assujetti à l’impôt sur le revenu des particuliers. Le minimum de réduction est de 305€.
  • dans la catégorie BIC (Profits industriels et commerciaux) s’il est acheteur/revendeur ou courtier. Le micro-BIC s’applique si le chiffre d’affaires annuel n’excède pas 176.200€ et si la part des commissions ne dépasse pas 72 500€. Une réduction de 71 % est réalisée sur le chiffre d’affaires achat/revente, la réduction est de 50% pour la partie commission. Le bénéfice après déduction est assujetti à l’impôt sur le revenu des particuliers. L’allocation minimale est de 305€.

Il peut être combiné avec d’autres avantages ou avec un statut d’employé.

Quel que soit le type de contrat (Agent, Acheteur/Revendeur, Courtier), la société établit trimestriellement une Bulletin Compter , qui se réfère à la rémunération versée sous forme de commissions ou de marges et le montant des dépenses sociales.

LE STATUT DE VENDEUR AYANT LE DOMICILE INDÉPENDANT ET LA TVA

L’exonération de TVA s’applique si les seuils de la micro-BNC ou du MicroBIC ne sont pas dépassés. En conséquence, la TVA payée ne peut pas non plus être recouvrée. Les bons de commande doivent porter la mention suivante : « TVA non applicable, article 293 B du Code général des impôts ».

LE VENDEUR A UN DOMICILE INDÉPENDANT ET LE

Le VDI est assujettie à la CET (Contribution économique territoriale) . Cette taxe, qui a remplacé l’impôt professionnel, se compose de deux impôts : la contribution foncière commerciale (EPC) et l’Évaluation de la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).

En effet, la VDI n’est pas affectée par la contribution à la valeur ajoutée, puisqu’elle ne s’applique qu’au-delà de 152 500€ de chiffre d’affaires.

Le VDI est assujetti à la contribution foncière de l’entreprise si le chiffre d’affaires dépasse 16,5 fois le plafond annuel de la sécurité sociale. (au-delà de 6687€ en 2020)

Le VDI ne peut pas opter, dans le cadre de son activité de vente de maison, pour le régime social et fiscal de l’auto-entrepreneur prévu par la loi LME du 4 août 2008. Étant donné qu’il n’est pas lié au système social des indépendants (en ce qui concerne les prélèvements fiscaux et sociaux), il n’aura pas accès au statut de auto-entrepreneur .

Comparaison du régime d’autoentrepreneur et du statut VDI.

En résumé

Le État VDI vous permet de démarrer une entreprise de vendeur indépendant sans charges administratives avec des prestations sociales de statut d’emploi (à l’exclusion des allocations de chômage). Le VDI le statut donne droit aux prestations de maladie, aux indemnités journalières et aux prestations de retraite. Parfait pour une activité complémentaire, il peut évoluer vers un statut d’Agent Commercial ou de Commerçant en fonction de la nature du contrat conclu avec la société de vente directe (agent ou acheteur/revendeur) Le État VDI

est le statut le plus largement utilisé dans le monde de la vente directe.

Sources : Fonction publique, APCE, URSSAF, POLE EMPLOI

Procédure de surendettement

Les personnes couvertes par les procédures prévues au livre VI du code de commerce ou par d’autres procédures spécifiques pour faire face à des difficultés financières ne sont pas éligibles à cette procédure — notamment les agriculteurs, les commerçants, les artisans de jure ou de facto, les personnes exerçant une profession indépendante ainsi que des micro-entrepreneurs (anciennement auto-entrepreneurs)…

Partager :
Show Buttons
Hide Buttons