Quelle est la différence entre maître d’œuvre et maître d’ouvrage ?

56
Partager :

Lors de la construction d’une maison, il est bon de se familiariser avec le jargon de la construction. Et parmi les termes à connaître, le superviseur et l’autorité contractante occupent une place prépondérante. Chacun désigne une personne ou une entreprise ayant des rôles et des missions bien définis dans le cadre d’un chantier. Mais connaissez-vous les différences entre l’entrepreneur et l’entrepreneur ? Qu’est-ce qu’une autorité contractante ? Qu’est-ce qu’un entrepreneur ? Découvrez les rôles et missions de l’entrepreneur et de l’entrepreneur. Concentrez-vous sur le différences entre la gestion de projet et le projet la gestion !

A lire également : Pourquoi opter pour une assurance obsèques ?

Principe de l’entrepreneur et de l’autorité contractante

Le l’autorité contractante et l’autorité contractante ont des définitions très distinctes . Cela implique également que leurs rôles dans la construction ne sont pas les mêmes. Cependant, il arrive que l’entrepreneur et l’entrepreneur soient une seule et même personne, surtout lorsqu’il s’agit de construire des maisons unifamiliales pour des particuliers. La différence est beaucoup plus flagrante en matière de marchés publics, et dans ce cas, tout le monde doit jouer parfaitement son rôle. Nos experts définissent désormais précisément les responsabilités de chaque personne lors des travaux de construction ou de rénovation.

Lire également : Découvrir les meilleures offres de l'assurance enfant pour la nouvelle année scolaire

Définition d’un entrepreneur

L’ entrepreneur peut être un bureau d’architecte, un bureau d’études ou un artisan. Il est l’exécuteur testamentaire responsable de la bonne exécution des travaux et de l’application technique des besoins du pouvoir adjudicateur.

Définition d’une autorité contractante

Le pouvoir adjudicateur est l’individu public ou privé ou le professionnel qui commande la construction. C’est lui le client. Il peut y avoir un pouvoir adjudicateur délégué lorsque l’autorité contractante ne possède pas les compétences suffisantes pour exprimer clairement ses besoins en matière de construction. Cet entrepreneur délégué peut être un professionnel de la construction comme un architecte, un bureau d’études ou un artisan. Dans certains cas, c’est la même chose que le superviseur.

Rôles de l’entrepreneur et de l’autorité contractante

L’ autorité contractante est le client qui a commandé le site et l’entrepreneur est le professionnel responsable de la gestion du site. L’objectif de la gestion du projet est de répondre aux ordres de la direction du projet mais aussi d’être l’intermédiaire entre les entrepreneurs effectuant le travail et le client. Les missions et les rôles de chacun sont bien définis, ce qui implique également que chacun assume certaines responsabilités en matière de construction et non d’autres.

Rôles et missions d’un entrepreneur

L’ entrepreneur est chargé d’exécuter les travaux conformément aux exigences de l’autorité contractante. Il répond aux demandes de l’autorité contractante et intervient dans un périmètre bien défini. Il doit s’assurer que le site respecte le délai de travail et le budget alloué à la travail. Il agit également comme intermédiaire entre les contractants et l’entrepreneur afin de faciliter les relations.

L’ entrepreneur est donc un véritable expert en construction qui mêle les compétences architecturales, de gestion de projet et d’artisanat. Ses principales tâches sont la conception des plans, l’organisation du site, la supervision de l’avancement des travaux, la coordination des différents professionnels et souvent, la livraison des travaux une fois le site terminé.

En fait, voici les principales fonctions de l’entrepreneur  :

  • Conception des plans du travail.
  • Traduction en termes techniques des souhaits du pouvoir adjudicateur.
  • Préparation du calendrier pour la livraison du travail.
  • Sélection des entreprises de construction qui construiront la structure.
  • Rédaction de l’appel d’offres en cas de passation de marché public.
  • Coordination des entreprises pendant le travail.
  • Gestion de projet avec mise en œuvre de réunions sur place.
  • Assistance aux procédures administratives (permis de construire, aides au travail, etc.).
  • Assistance technique à la réception du travail.

Les professionnels de la gestion de projet sont généralement sollicitées pour des projets importants tels que la construction ou la rénovation complète d’une maison et la réalisation d’une extension. Ils interviennent pour diriger et contrôler le projet de l’autorité contractante jusqu’à son achèvement. Sa mission principale est de réaliser le projet dont il est responsable.

Pour toutes ces affectations, le les entrepreneurs facturent les honoraires de l’autorité contractante en la forme d’un pourcentage du montant de l’œuvre ou d’une redevance forfaitaire.

Quel est le rôle d’un entrepreneur dans les travaux ? Le rôle de l’entrepreneur est défini dans le contrat de passation de marchés. L’entrepreneur est un expert professionnel et réel dans l’industrie du bâtiment. Il peut s’agir d’un bureau d’études, un entrepreneur ou un architecte. Cette profession assure la gestion des projets de construction et de rénovation dans le bâtiment.

Rôles et missions d’une autorité contractante

Le Master est le sponsor du projet , celui pour lequel le travail est effectué. Le plus souvent, l’autorité contractante est le client final. Cependant, il est possible que le client choisisse de déléguer la gestion de projet à un expert tel qu’un architecte d’intérieur ou une firme de design. Dans le cas d’un projet de construction, l’entrepreneur peut également être un promoteur immobilier ou une entreprise générale de construction.

En tant que commanditaire des travaux, l’autorité contractante définit les tâches de l’entrepreneur. Le principales tâches du pouvoir adjudicateur sont :

  • Définition des besoins de construction.
  • Établissement du cahier des charges de l’ouvrage.
  • Fixation de l’enveloppe budgétaire et des échéances.

Le contrat autorité, comme le superviseur, peut être une personne physique ou morale. A une fois que le projet a été défini par l’autorité contractante, un contrat de gestion de projet est ensuite signé par les deux parties. Ce contrat encadre le projet mais aussi la rémunération de l’entrepreneur pour son intervention.

Gestion de projet ou gestion de projet : les différences

Si le rôle de chaque personne est bien défini, parfois les deux entités sont confuses. Pourtant, le superviseur et l’autorité contractante ont des différences distinctes quant à chaque rôle. Il s’agit à la fois du budget et de l’approbation des travaux et de l’expertise technique. Nos experts ont dressé une liste de différences entre l’entrepreneur et l’entrepreneur pour vous fournir la lumière nécessaire sur le sujet.

Différence 1 : le choix final

Le choix final appartient exclusivement au maître qui semble logique dans la mesure où il est lui, le client. Certaines missions sont donc effectuées comme suit :

  • Factures : le maître d’œuvre les vérifie, mais il appartient au pouvoir adjudicateur de les payer
  • Le choix des entreprises : le contractant peut, à la demande du pouvoir adjudicateur, dresser une liste des entrepreneurs des différents métiers dont le pouvoir adjudicateur a besoin, d’autant plus qu’il dispose d’un carnet d’adresses bien approvisionné dans la construction et la construction. Mais le choix final des entreprises incombe exclusivement au pouvoir adjudicateur.

Différence 2 : compétences techniques

Comme nous l’avons déjà dit, l’autorité contractante peut être une personne physique ou morale, une personne physique en tant que professionnel. Il n’est pas rare, surtout quand il s’agit de la construction d’une maison pour un individu, qu’il ne sait absolument rien dans le travail.

L’entrepreneur, quant à lui, est un professionnel de l’industrie de la construction puisqu’il apporte ses compétences techniques à la autorité. En effet, ce professionnel se positionne comme un véritable expert en construction . Il possède des compétences techniques dans la construction, la rénovation et la mise en page et sait gérer un chantier de sa conception à sa livraison.

Différence 3 : Acceptation du travail

Le pouvoir adjudicateur assiste le pouvoir adjudicateur dans la réception des travaux, mais c’est le pouvoir adjudicateur qui prend note des réserves éventuelles et signe le PV de réception des travaux.

Différence 4 : le service rendu

Le pouvoir adjudicateur est le fournisseur du pouvoir adjudicateur. Un contrat de contrat signé entre les deux parties énonce les devoirs du contractant, ses obligations et sa rémunération pour les services fournis au pouvoir adjudicateur.

Différence 5 : l’obligation de moyens et de résultat

Le contrôleur a une obligation de moyens vis-à-vis du pouvoir adjudicateur. Si l’entrepreneur considère que le superviseur ne s’est pas acquitté de ses obligations et que la construction ne correspond pas à ses souhaits, il peut assumer la responsabilité du superviseur. Récemment, la jurisprudence oblige également l’entrepreneur à une obligation de résultat.

Les tâches de gestion de projet sont définies entre l’autorité contractante (le client) et l’autorité contractante. Ce dernier a ensuite pour tâche de développer le projet, de sélectionner et d’embaucher des artisans du bâtiment, de piloter et de surveiller le site et d’assister le client dans diverses procédures administratives telles que les permis de construire ou l’aide financière.

L’assurance du pouvoir adjudicateur et du pouvoir adjudicateur

Encore une fois, le l’assurance n’est pas la même pour l’entrepreneur et l’autorité contractante dans la mesure où les responsabilités pour l’exécution du site sont différentes. La gestion du projet et le la gestion de projet n’a pas les mêmes obligations et responsabilités pour le même chantier de construction. Par conséquent, l’assurance obligatoire pour tout le monde n’est pas la même.

Le le pouvoir adjudicateur doit souscrire une assurance dommages . Il doit être souscrit avant l’ouverture du site et couvre rapidement les troubles relevant de la responsabilité de dix ans. Elle entre en vigueur dans la première année suivant l’achèvement des travaux et s’éteint en même temps que la garantie de dix ans de l’entreprise qui a effectué les travaux. Il n’est pas obligatoire pour les particuliers qui construisent une maison à usage résidentiel.

L’entrepreneur est responsable du bon déroulement des travaux et surtout de la conformité de l’ensemble. Il doit donc se protéger contre tout litige éventuel sur place avec le client ou un artisan du bâtiment. En conséquence, cette professionnel doit souscrire plusieurs assurances  :

  • Responsabilité civile décennale : elle concerne responsabilité pour les dommages affectant la solidité de la structure ou la rendant impropres à sa destination.
  • Responsabilité civile générale (ou common law) : elle couvre les dommages physiques ou matériels causés à des tiers pendant la construction. Elle est obligatoire pour les architectes, mais facultative pour les autres entrepreneurs même si elle est fortement recommandée.

Trouver des chantiers de construction en tant qu’entrepreneur

Pour rémunérer, l’entrepreneur doit être responsable de la gestion des chantiers de construction. Dans ce cas, il recevra soit un pourcentage du montant du travail, soit une rémunération forfaitaire. En tant que professionnel de la gestion de projet, il est donc essentiel de trouver de nouveaux chantiers et de nouveaux clients.

Le moyen le plus simple de trouver de nouveaux clients à la recherche d’un entrepreneur est de s’inscrire à notre réseau d’artisans. Chaque jour, nous recevons plusieurs demandes de clients qui ont besoin d’un entrepreneur pour transporter sur leur construction ou rénovation projet. L’inscription est gratuite et sans engagement.

Partager :
Show Buttons
Hide Buttons