Assurance-vie « clean share » de quoi s’agit-il ?

324
Partager :

Parmi les différents fonds accessibles via l’assurance-vie on trouve les « clean share » également appelés « parts propres ». Ces unités de comptes sous forme d’OPCVM ou d’ETF n’entrainent aucune rétrocession de commission.

Définition des « clean share »

Les « clean share » sont des unités de compte. De ce fait, ils sont accessibles uniquement via un contrat d’assurance-vie multisupport.

A lire en complément : A quoi sert l'assurance-vie ?

Comme vous le verrez sur le site https://ritchee.fr il existe de types de supports d’assurance-vie : le contrat monosupport et le contrat multisupport.

Le premier permet d’accéder uniquement à des fonds en euros. Peu risqués, ces fonds sont toutefois peu rémunérateurs avec un rendement moyen proche de 1 %.

A lire aussi : Assurance décennale : les conditions de souscription pour les auto-entrepreneurs

Le contrat multisupport mélange des fonds en euros et des fonds en unités de compte. Les fonds en euros servent de sécurité pour éviter que l’assuré perde tout son investissement. À l’inverse, les fonds en unités de compte privilégient la rentabilité, mais les indices pouvant évoluer à la hausse comme à la baisse, les revenus ne sont pas garantis.

L’assurance-vie « clean share » peut regrouper à la fois des unités de compte sous forme dOPCVM (organisme de placement collectif en valeurs mobilières) et sous forme dETF (exchange traded funds). Les premiers se caractérisent par une gestion active, tandis que les seconds prennent la forme d’une gestion passive.

Les unités de compte « clean share » sont entièrement transparentes sur les frais qu’elles génèrent. De ce fait, ce type d’assurance-vie n’entraine aucune rétrocession de commission pour l’assureur et le distributeur.

Les avantages des « clean share »

En n’entrainant aucune rétrocession de commission, ce type d’assurance-vie garantit des frais annuels nettement moins élevés pour l’assuré. Grâce à cette solution, vous pouvez profiter d’une assurance-vie dont les frais ne dépassent pas 3 %.

L’assurance-vie « clean share » n’est pas forcément plus performante, mais elle garantit une meilleure rentabilité puisque les frais sont réduits.

Afin d’améliorer les performances de l’assurance-vie « clean share » nous vous recommandons de choisir une solution regroupant à la fois des OPCVM et des ETF. Ce choix permet de profiter des performances de sociétés de gestion à la recherche de la meilleure rentabilité, et du confort d’une gestion autonome.

Quel gain sur les frais d’assurance-vie ?

Naturellement, les frais que vous allez payer en tant qu’assuré dépendent de l’assureur et du contrat auquel vous allez souscrire.

On constate d’ailleurs des écarts entre les différents types d’assureurs : conseillers indépendants, conseillers patrimoniaux, assureurs et banques. En règle générale les contrats les plus intéressants se retrouvent du côté des conseillers patrimoniaux suivis par les assureurs/banques.

Prenez le temps de bien étudier les différents contrats pour analyser les frais mis en place. En effet, en contrepartie des frais de rétrocession de commission économisés, certaines assurances-vie peuvent intégrer de nouveaux frais comme les honoraires de suivi, les honoraires d’ouverture ou les frais de mandat de gestion réhaussés. Dans ce cas, la solution « clean share » ne se révèle plus aussi intéressante que promise.

Néanmoins, les véritables assurances-vie « clean share » permettent d’économiser en moyenne 1 point sur les frais annuels.

Comment optimiser les performances de votre assurance-vie « clean share »

Si vous êtes en quête de la meilleure rentabilité, lassurance-vie en ligne « clean share » est probablement la meilleure solution pour vous. Tout simplement parce que de base, une assurance-vie en ligne génère moins de frais qu’une assurance-vie classique. En y ajoutant le format « clean share » vous profitez d’une solution encore plus économique.

Dès lors, la différence entre les revenus et les frais de l’assurance-vie est plus élevée, se traduisant par une meilleure rentabilité.

Ensuite, comme nous l’avons vu précédemment, pour améliorer le rendement, il est préférable de se tourner vers un contrat multisupport.

Dernière astuce pour optimiser vos rendements : choisir un contrat multisupport qui regroupe des unités de compte OPCVM et des ETF.

Partager :