A quoi sert l’assurance-vie ?

10
Partager :

Pour financer un projet à moyen terme ou préparer votre retraite, souscrire une assurance-vie peut être une idée intéressante. Il s’agit d’ailleurs d’une solution très appréciée des Français, au regard de ses différents avantages. Entre une fiscalité allégée et la possibilité de transmettre son capital de façon sécurisée, l’assurance-vie présente des certitudes évidentes. Décryptage d’un produit d’épargne à long terme qui a les faveurs des assurés français depuis plusieurs années maintenant.

Qu’est-ce qu’une assurance-vie et que couvre-t-elle ?

Premier moyen d’épargne en France, l’assurance-vie est un contrat via lequel, en contrepartie du versement de primes par l’assuré, l’assureur s’engage à verser à ce dernier ou à ses bénéficiaires une rente ou un capital. Ainsi, si vous souscrivez une assurance-vie, à expiration du contrat, vous ou vos ayants droit pouvez récupérer les sommes investies. Ces dernières peuvent être majorées de bénéfices éventuels, ou minorées des frais de gestion et de dossiers.

A découvrir également : Comment connaitre son bonus assurance auto ?

Proposée par des compagnies d’assurance comme la MAIF par exemple, l’assurance-vie est destinée à plusieurs fins. Si elle est essentiellement considérée comme une épargne, elle peut aussi couvrir la réalisation d’un projet immobilier. L’assurance-vie est également une couverture pour vous assurer une retraite financièrement stable, sachant la baisse conséquente de revenus pendant cette période. Pour les jeunes épargnants, il s’agit d’une solution dans l’éventualité d’une indisponibilité de gains.

En réalité, l’assurance-vie n’est pas une assurance décès, quoiqu’en cas de décès de l’assuré, la somme épargnée sera versée aux bénéficiaires désignés par celui-ci. Vous l’aurez compris, l’assurance-vie s’apparente à une épargne de prévoyance.

A lire en complément : Les avantages de se procurer une assurance en ligne

Qui devrait souscrire une assurance-vie et pourquoi ?

La souscription d’un contrat d’assurance-vie est ouverte à toute personne qui le souhaite ; pour peu qu’elle est la capacité de contracter ce contrat. Salarié, chefs d’entreprise, employé en instance de retraite, autoentrepreneur, artisan, personnel médical, professionnel libéral, toute personne qui estime y avoir intérêt peut souscrire une assurance-vie.

S’agissant des personnes liées par un régime de tutelle ou de curatelle, les modalités de souscription à l’assurance-vie sont souvent reconsidérées avec davantage de rigueur. Du reste, tant que vous êtes en capacité de contracter, l’assurance-vie vous est accessible, sans contrainte aucune. Cette accessibilité s’applique aussi aux mineurs qui souhaitent souscrire cette épargne de prévoyance.

En effet, l’assurance-vie admet des assurés mineurs. Les modalités ici sont d’ailleurs assez souples, si le mineur souscripteur se trouve en présence de ses deux parents qui exercent cumulativement l’autorité parentale. L’un ou l’autre peut intervenir. Mieux, dans l’hypothèse où un seul parent exercerait l’autorité parentale, il a les mêmes droits que ceux qui l’exercent concomitamment.

L'assurance-vie, une épargne de prévoyance

Quels sont les différents types de polices d’assurance-vie disponibles ?

Pour souscrire une assurance-vie, vous aurez le choix entre deux principales catégories de supports d’investissement, lesquelles admettent individuellement des déclinaisons.

Le fonds en euros

Le fonds euros est un contrat d’assurance-vie mon support. Il s’agit d’un support sécurisé, étant donné que les sommes versées sont investies sur des produits financiers exempts de risques comme les obligations d’État. Mieux, elles sont revalorisées chaque année, et le capital garantit à tout moment par l’assureur. De surcroît, les intérêts générés par un fonds en euros sont acquis définitivement et versés annuellement sur le contrat au 31 décembre de l’année N.

Les unités de compte

Les unités de compte sont votre seconde option pour souscrire une assurance-vie. Ce sont des contrats multisupports puisque les sommes sont investies sur des produits à risque et d’autres nets de risque. C’est dire qu’avec le support d’investissement que sont les unités de compte, vous pouvez investir dans différentes classes d’actifs : l’immobilier, les actions, les obligations, les marchés financiers, etc. Avec ces actifs, la possibilité d’une moins-value sur vos versements est donc réelle.

En immobilier, les supports les plus fréquents sont :

  • les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI),
  • les Sociétés Civiles Immobilières (SCI),
  • les Organismes de Placement Collectif Immobilier (OPCI).

Quant aux actions et obligations, elles sont rassemblées dans les Organismes de placements collectifs en valeurs mobilières (OPCVM). Au sein des OPCVM deux statuts sont à considérer : les Sociétés d’Investissements à Capital Variable (SICAV) et les Fonds Communs de Placements (FCP).

En unités de compte, vous pouvez espérer un taux de rendement élevé, mais le risque de perte est tout aussi grand.

Comment souscrire une police d’assurance-vie ?

Pour souscrire une assurance-vie, vous n’avez qu’à vous référer à une compagnie d’assurance qui propose ce produit financier. Il est également possible de passer par un courtier, votre banque ou une association d’épargnants. Peu importe la procédure que vous adoptez pour y souscrire, les principaux aspects pratiques de la souscription sont immuables.

De facto, vous devez verser votre premier apport, preuve de votre volonté de souscrire une assurance-vie. Dans ce cas, vous ferez par la suite des versements périodiques, par trimestre, semestre ou année. Il est aussi possible d’effectuer un versement unique qui couvrira toute la durée du contrat. Ensuite, il faudra désigner le ou les bénéficiaires du contrat, si vous ne conservez pas la clause par défaut. Évidemment, le choix entre unité de compte et fonds en euros est une étape décisive de la souscription, en considérant les implications de chaque option.

Partager :