Ouvrir sa société : les choses à savoir

28
Partager :

Même avec un projet en bloc, certains entrepreneurs échouent lorsqu’ils lancent leur activité. Malheureusement, on ne peut écarter ce risque d’échec lors de la création d’entreprise. Les statistiques peuvent même effrayer certains, car près de la moitié des entreprises créées mettent leurs clés à la porte avant même la sixième année d’existence. Avez-vous un projet d’ouverture de société ? Voici tout ce que vous devez savoir avant de vous lancer dans une aventure entrepreneuriale.

A lire en complément : SAS ou SASU : quel statut choisir ?

Définir son projet

Avant même d’aller se renseigner pour l’ouverture d’une societe, il serait judicieux de bien définir son projet. C’est une étape évidente, mais ce n’est pas non plus la plus simple. Il ne s’agit pas uniquement de présenter un produit. Pour ce faire, vous devez envisager toutes les dimensions.

Commencez par vous fixer entre les trois options suivantes :

A lire en complément : Comment devenir guide touristique via une plateforme web ?

  • Reprendre une société existante,
  • Ouvrir une franchise,
  • Créer une entreprise, si vous avez une idée porteuse.

Peu importe, l’option que vous choisissez, votre structure doit proposer un service ou un produit correspondant à la demande d’un marché ou à la problématique d’un secteur d’activité donné. Là, vous pourrez mieux encadrer le service ou le produit que vous voulez offrir et la cible à laquelle il sera destiné.

Il faut comprendre que pour créer une entreprise, il ne faut pas obligatoirement trouver une offre innovante. Vous pouvez vous lancer dans cette aventure entrepreneuriale avec votre savoir-faire, vos compétences ou encore votre passion. En effet, ceux-ci peuvent faire naître une idée de projet.

Par la même occasion, il faut également lister les atouts que peuvent avoir votre structure, votre produit ou service et les difficultés que vous pouvez rencontrer. Préparez aussi des réponses pour les proches et les investisseurs qui peuvent être réticents par rapport à votre projet. Comme vous êtes dans la définition de votre projet, profitez-en pour faire le point sur vos motivations professionnelles.

Faire une étude de marché

À ce stade, votre projet est déjà plus ou moins défini, mais pour compléter le dossier, il faudra faire une étude de marché. Même si vous comptez une petite entreprise qui va œuvrer dans une zone restreinte, l’étude de marché est une étape incontournable. Elle va vous permettre de vous positionner par rapport à votre future clientèle et de vous mesurer à la concurrence.

Vous pouvez faire vous-même cette étude de marché. L’Insee met à votre disposition le système Odil ou Outil d’Aide à l’Implantation Locale qui vous permettra de faire cette étude gratuitement. Si vous n’êtes pas très à l’aise avec les chiffres, il est possible de faire intervenir un professionnel spécialisé en la matière.

Se pencher sur la rentabilité et la viabilité du projet

Soyez réaliste : même si vous pensez que votre idée est innovante, si le produit ou le service qui en résulte n’intéresse pas les clients, votre activité ne va pas forcément marcher. On ne peut donc pas vous assurer que l’entreprise va perdurer. En effet, quand on n’a pas cette approbation du marché visé, on est voué à un échec certain.

Restez encore dans vos papiers et assurez-vous que vos idées correspondent aux attentes de la clientèle cible. Pour la garantie de la rentabilité de son entreprise, le porteur de projet devra compléter l’étude de marché par un business plan.

Vous devez déterminer votre chiffre d’affaires prévisionnel et faire une estimation des dépenses. N’oubliez pas d’intégrer les cotisions sociales dans les dépenses. Avec ce qui reste, vous pouvez espérer une rémunération. Comprenez toutefois que sur la première année d’existence, vous n’aurez pas toujours une rémunération.

Si la rentabilité de votre projet a été validée, mais si la trésorerie manque ou est un peu juste, il faudra à l’avance trouver des solutions. Pensez à des apports plus importants, à la location et non à l’achat du local, à un emprunt bancaire. Étudiez toutes les solutions possibles.

Se renseigner sur les aides et les financements que vous pourrez avoir

Même si on vous dit qu’il est possible de créer une entreprise avec zéro euro, ce n’est pas vraiment la réalité. Avant de vous lancer dans la création d’entreprise, posez-vous certaines questions comme :

  • Combien êtes-vous prêt à investir dans ce projet ?
  • De quelles sources de financement avez-vous ?
  • Pouvez-vous bénéficier de certaines aides ?

D’ailleurs, pour ce qui est de ces aides, tout entrepreneur devrait bénéficier des aides à la création et à la reprise d’une entreprise. Parmi la panoplie d’aides, on peut parler :

  • Du CAPE ou contrat d’appui de projet d’entreprise,
  • Du dispositif NACRE ou nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d’entreprise,
  • De l’ARCE ou aide à la reprise ou à la création d’entreprise,
  • Des dispositifs de soutien à la création d’entreprise.

Pour financer la création de votre entreprise, vous pouvez aussi vous renseigner sur les prêts d’honneur ou des subventions.

Établir le plan de financement

Ne commencez aucune démarche tant que vous n’avez pas bouclé le financement de votre projet. Pour ce faire, il faudra passer par l’établissement du plan de financement. On devra retrouver dans le tableau les ressources financières mobilisées pour l’exécution de votre projet. Il devra y avoir entre autres vos apports personnels, les aides et les subventions ainsi que les prêts.

Si vous avez assez économisé pour financer la création de votre entreprise et vos économies vous permettent d’avoir une bonne trésorerie, vous n’aurez pas à vous attarder sur ce point. Cependant, si une partie du projet se fait avec des financements extérieurs, vous devez trouver des partenaires financiers et avoir une entente avec eux.

La domiciliation de votre future entreprise

Même si votre banquier n’a pas encore validé votre demande de prêt, vous pouvez déjà commencer un local. En effet, il faudra s’y prendre avant les premières démarches de création d’entreprise. Lors de l’étude de marché, vous avez sûrement déjà eu une idée sur la zone d’implantation à privilégier.

Une fois que vous avez défini la zone géographique de votre futur local, vous devez déterminer les caractéristiques de ce futur local. Si aucune offre immobilière ne répond à vos exigences, ne vous pliez pas à un bureau perdu dans un petit village méconnu. Comprenez bien que si vous signez un contrat de bail commercial, la résiliation anticipée ne pourra pas se faire avant trois ans. Ne vous obligez pas non plus à acheter un local, si votre budget ne vous le permet pas.

Pour cette recherche de local, vous pouvez vous faire épauler et aider par des professionnels. Sachez que pour votre siège social, vous pouvez choisir votre domicile, une pépinière d’entreprise ou une société de domiciliation. Cette dernière, en plus de ce service de domiciliation, propose d’autres services utiles à l’entrepreneur comme la gestion de courrier ou encore l’accueil téléphonique.

Se faire accompagner

Pour la réussite de votre entreprise, il est fortement recommandé de se faire accompagner, et ce, dès que vous commencez à monter votre projet. Rendez-vous à la chambre de commerce et d’industrie ou à la chambre des métiers et d’artisanat. Ces organismes vous apporteront d’importantes informations et une précieuse pour lancer votre propre affaire.

Vous pouvez également rejoindre des réseaux spécifiques comme le MoovJee. L’accompagnement que vous aurez de ces organismes est entièrement gratuit. Il est également possible d’entrer dans une couveuse ou une coopérative d’activités et d’emploi si votre projet est déjà sur pied. Ces structures vous aideront à tester votre projet réellement sans prendre de risques.

Si dans votre famille, vous avez un entrepreneur ou un chef d’entreprise, vous pouvez lui demander des conseils. Si vous n’avez pas cette chance, n’ayez pas peur de prendre contact avec des entrepreneurs. Ils seront ravis de vous guider dans cette aventure.

Pour peaufiner votre projet, vous pouvez faire appel à un professionnel. Un conseil, un coach, un mentor ou un conseiller professionnel ayant de l’expertise et de l’expérience dans le domaine d’activité du projet vous apportera des conseils sur ce projet, tant bien sur le plan juridique et fiscal. Il peut être à vos côtés pour ces premiers pas vers l’aventure entrepreneuriale jusqu’à la première activité de votre entreprise. Il pourra par exemple vous aider sur le depot des comptes annuels, une étape obligatoire après un exercice.

Les formalités pour la création d’entreprise

Voilà, vous êtes arrivé au stade où vous allez maintenant concrétiser votre projet. Pour ce faire, il faut s’occuper de l’enregistrement auprès de l’administration compétente. Pour une activité commerciale ou industrielle, c’est à la Chambre de commerce et d’industrie qu’il faut se rendre pour ces formalités. Pour une activité artisanale, la chambre des métiers de l’artisanat vous attend et pour une activité libérale, créez officiellement votre structure à l’URSSAF.

La création d’une entreprise ne se fait pas en une journée. Le montage de votre projet peut prendre des mois, voire même des années. Il va également demander beaucoup d’énergie. Durant ce parcours, et même une fois l’entreprise créée, vous ferez face à des obstacles. Armez-vous de patience, entourez-vous de personnes qui croient en vous pour ne pas être découragé. Si cette aventure entrepreneuriale vous a mené à l’échec, dites-vous que c’est une belle expérience que vous pourrez afficher fièrement sur votre CV. 

Partager :