Optimiser sa succession avec l’aide d’un professionnel en gestion de patrimoine à Paris

318
Partager :

Même si vous n’êtes pas encore si âgé, la succession peut être un des sujets qui vous trottent dans la tête. Pour que cette succession soit le plus efficace possible, il est important de bien la préparer. Cette préparation ne repose pas uniquement sur « qui hérite quoi et de combien ? », il faut penser au déroulement de cette succession en général en considérant les droits de succession. Dans cet article, nous allons vous présenter quelques manières d’optimiser votre succession avec un professionnel en gestion de patrimoine à Paris.

Les donations du vivant

Normalement, c’est à votre décès que va être déclenchée la transmission de votre patrimoine. Sachez tout de même qu’il est possible d’anticiper cette transmission tant que vous êtes en vie. On parle alors de donations. C’est une manière d’anticiper, mais surtout d’optimiser la succession de votre vivant. Vous pourrez ainsi :

A lire également : Comment acheter des fonds d'investissement ?

  • Lister vos héritiers et les biens à transmettre,
  • Minimiser la valeur de l’actif soumis aux droits de succession si vous mourrez plus de 15 ans après la donation.

Du point de vue fiscal, de par les donations, vous pourrez profiter des abattements applicables et éviter les droits de donations. En partant de ce principe, vous pouvez transmettre un bien à chacun de vos héritiers tous les 15 ans. Seulement, les abattements ne seront pas les mêmes pour tous les cas et sont variables selon le lien qui vous unit avec le donataire. Pour ne pas dépasser ces abattements et pour ne pas être exposé aux droits de donation, il serait judicieux de se faire accompagner par un professionnel du cabinet de gestion de patrimoine.

A découvrir également : Pourquoi opter pour un logiciel immobilier spécialisé dans la comparaison des offres ?

Le démembrement de propriété

Pour optimiser les droits de succession, on peut aussi envisager le démembrement de propriété. L’idée ici est de séparer la pleine propriété d’un bien entre l’usufruit et la nue-propriété. Ce démembrement permet à vous, donateur, de conserver et de jouir du bien, notamment d’habiter le bien, jusqu’à votre décès, et de donner la nue-propriété, notamment les murs au donataire. Ce dernier ne peut donc pas l’utiliser.

C’est compliqué, dites-vous, mais cette technique s’accompagne d’avantages fiscaux significatifs. Sur le plan fiscal, la valeur de la nue-propriété est inférieure à la valeur de la pleine propriété, ce qui fait que les droits de donations seront moindres. À votre décès, votre usufruit sera assimilé à la nue-propriété des héritiers et ils n’auront pas à payer de droits de succession.

L’assurance-vie

On n’y pense pas toujours, mais l’assurance-vie permet également d’optimiser la succession. Vous pouvez voir avec votre assureur pour faire un versement ne dépassant pas une certaine valeur à chacun des bénéficiaires avant vos 70 ans. Oui, ces versements réalisés avant 70 ans, s’ils ne dépassent pas 152 500 euros avec plus-value incluse, sont exonérés de prélèvement. Renseignez-vous bien pour ce qui est de la valeur autorisée. Si vous avez déjà dépassé les 70 ans, vous pourrez toujours adopter cette technique pour optimiser votre succession, car l’abattement appliqué est seulement de 30 500 euros et ne concerne que le capital.

Partager :