Assurance auto : le point sur le système bonus-malus

47
Partager :

Lorsque vous souscrivez une assurance auto, le montant de votre prime est corrélé par votre coefficient de bonus-malus. Il s’agit d’un dispositif qui, selon votre responsabilité au volant, vous sanctionne ou vous récompense par un système de réduction-majoration annuelle sur votre prime d’assurance. Le bonus-malus peut avoir une incidence importante sur votre situation en tant qu’assuré, qui plus est si vous êtes résilié. Justement, comment est calculé et appréhendé le bonus-malus pour un conducteur résilié ? Ce billet vous propose un grand angle sur le sujet !

Le coefficient de bonus-malus, qu’est-ce que c’est au juste ?

Le bonus-malus est un dispositif grâce auquel les compagnies d’assurance majorent ou réduisent la prime d’assurance qu’elles vous pratiquent, en tenant compte de votre conduite au volant. Ainsi, pour peu que vous ayez eu une conduite responsable durant l’année, c’est-à-dire que vous n’avez causé aucun cas d’accident, vous bénéficiez d’une réduction sur votre prime d’assurance. Dans ce cas, on parle de bonus. En revanche, lorsque vous n’avez pas été suffisamment responsable au volant et avez causé des accidents, vous bénéficiez d’une majoration : c’est le malus.

A lire aussi : Comment connaitre son bonus assurance auto ?

Vous l’aurez compris, le coefficient de réduction-majoration est un système mis en place par les assureurs pour responsabiliser leurs assurés dans leur conduite. Il s’apparente donc à un baromètre qui évalue la qualité de votre conduite durant une année. C’est dire que le bonus-malus qui vous suit tout le long de vitre vie d’assuré a un impact important sur le calcul de vos cotisations. Cela est d’autant plus vrai si vous êtes un conducteur résilié. En effet, même si vous changez d’assureur pour résiliation, vous conservez systématiquement votre bonus-malus.

Comment apprécier le coefficient de réduction-majoration pour les résiliés ?

Il convient de préciser que la résiliation de votre contrat d’assurance n’entraîne pas une suppression du bonus-malus. Néanmoins, vous êtes en droit de souscrire un autre contrat d’assurance, d’autant plus que certains assureurs se sont spécialisés dans les contrats d’assurance pour résiliés, vous pouvez ainsi en savoir plus sur ces compagnies et évaluer votre marge de manœuvre. Comme nous le disions, le bonus-malus vous suit tout le long de votre vie d’assuré et renseigne sur vos antécédents d’automobiliste. Toutefois, il sied d’apporter certaines précisions quant à la résiliation en elle-même.

A lire aussi : Quand résilier une assurance accident de la vie ?

Le coefficient de réduction-majoration

La résiliation du contrat d’assurance auto en pratique

L’application d’un malus par votre assureur n’est pas une raison valable pour résilier votre contrat. De fait, il s’agit d’une modification légale et réglementaire d’application pour tous les contrats d’assurance auto. Toutefois, avec la loi Hamon, vous pouvez résilier librement votre contrat à l’issue de la première année de souscription. Évidemment, cette liberté ne supprime pas le bonus ou le malus qui est appliqué par votre ancien assureur.

Par ailleurs, la résiliation peut se faire à l’initiative de l’assureur, tant qu’il respecte le formalisme qui convient (article L.113-12 du Code des assurances). Ainsi, en cas de sinistralité trop élevée, la compagnie d’assurance peut résilier votre contrat. De même, suite à un accident responsable, elle peut vous appliquer un malus, lequel peut aboutir à une résiliation. Si changer d’assurance ne vous exonère pas du malus, il est tout de même possible de ménager certains effets.

De facto, une résiliation par l’assureur pour un énième accident responsable implique que vous soyez inscrit au fichier de l’Agira pendant 5 ans. Le motif ? Résiliation pour un nouveau sinistre. Cela n’arrange en rien votre profil. La solution pour éviter ce cas de figure est d’anticiper en résiliant vous-même le contrat, avant que l’assureur n’en prenne l’initiative. Vous pourrez alors envisager un nouveau contrat auprès d’une nouvelle compagnie, sur présentation du relevé d’information.

Le relevé d’information pour conducteur résilié

Avant de vous proposer un nouveau contrat pour conducteur résilié, votre nouvel assureur va consulter votre relevé d’information. L’objectif est de se faire une idée de votre bonus-malus et de vos derniers accidents responsables pour déterminer le montant de la prime d’assurance qu’il vous appliquera.

Bien sûr, il conserve le droit de refuser de vous assurer, s’il estime le risque trop élevé pour lui. À défaut de refus, il peut aussi :

  • appliquer une surprime,
  • appliquer un taux de malus identique à celui de votre ancien assureur,
  • augmenter le montant des franchises,
  • limiter le nombre de garanties que vous souscrirez.

Conducteurs résiliés assurance auto

Comment atténuer les effets du malus en tant que conducteur résilié ?

Si le malus ne peut être annulé, il est tout de même possible d’en minimiser les effets.

Trouvez un assureur spécialisé en assurance auto pour résiliés

Au bout de deux années après l’application d’un malus, il est possible de le ramener à zéro. En effet, après une année de conduite sans sinistre relevant de votre fait, votre malus est réduit de moitié. Si vous adoptez cette conduite responsable l’année suivante, le malus est totalement épongé.

Cependant, que la résiliation soit à votre initiative ou à l’initiative de l’assureur, il est de votre droit de chercher à payer moins cher votre nouveau contrat, en attendant que votre malus soit résorbé au bout de 2 ans. Dans cette optique, pour votre nouveau contrat, privilégiez un assureur spécialisé dans les contrats pour conducteurs résiliés.

Comme nous le disions déjà, certaines compagnies se sont spécialisées dans ce type de contrat. Elles vous permettent de souscrire une nouvelle assurance à un prix abordable, malgré vos antécédents de conduite. Vous vous interrogez certainement sur les garanties dans ce cas de figure. Rassurez-vous, votre nouvel assureur pour conducteurs résiliés propose de bonnes garanties, sans surprimes. D’ailleurs, vous pouvez demander un devis pour en avoir le cœur net.

Utilisez d’autres parades pour faire des économies

Pour réaliser des économies pendant le temps que s’applique votre malus, vous pouvez limiter la portée de certaines garanties. Si vous limitez le bris de glace à un seul pare-brise par exemple, vous économiserez quelques euros. De même, au lieu de choisir une assurance auto tous risques pour votre nouveau contrat, préférez une formule de type tiers ou tiers étendu. Ensuite, ajoutez-y quelques garanties que vous jugez importantes pour vous.

Par ailleurs, pour les sinistres mineurs et sans tiers identifié, indemnisez vous-même la victime sur fonds propres, dans le premier cas, et gérez vous-même les réparations dans le second ? Ces deux options sont nettement meilleures que celle qui consisterait à recourir à votre compagnie d’assurance.

Partager :