C’est quoi un compte titre ordinaire ?

57
Partager :

Investir en bourse n’est pas improvisé.

En effet, la détention d’actifs financiers nécessite une certaine organisation pratique. Pour gérer les titres que vous détenez, vous devrez choisir un support approprié.

A voir aussi : Quel est le meilleur investissement en 2020 ?

Deux solutions vous sont proposées :

  • vous souscrivez à un PEA (Action Savings Plan),
  • vous ouvrez ce qu’on appelle un compte de titres ordinaires.

Que permet le compte de titre ordinaire ?

L’ ouverture d’un compte de titres vous permet d’acheter et de vendre des actions, obligations, actions de FCP ou SICAV, etc.

A lire en complément : Notre Avis sur Boursorama Banque

Ainsi, les titres et la liquidité alloués à l’achat et à la vente de titres sont centralisés, ce qui permet une gestion optimisée.

Existe-t-il différents comptes de titres ?

Oui, le compte de valeurs mobilières a une législation assez souple, ce qui lui permet d’offrir une grande souplesse aux souscripteurs.

En outre, il peut être souscrit par une ou plusieurs personnes, physiques ou juridiques. Vous pouvez engager individuellement, mais vous pouvez également rejoindre plusieurs :

  • individuel : ouvert par une personne physique.
  • joint : comme son nom l’indique, il est ouvert par deux (ou plus) personnes. Il n’y a pas besoin d’avoir l’accord de tous les titulaires pour être en mesure d’effectuer des transactions sur le compte, tout le monde peut le faire avec sa signature. En revanche, ils sont tous solidairement responsables des opérations effectuées, même si elles ne sont pas à l’origine de l’action ou même en connaissance de cause. Les cotitulaires sont des adultes obligatoirement capables ou des mineurs émancipés.
  • in indivision : c’est un compte ouvert par plusieurs personnes comme pour un compte conjoint de titres. La différence est qu’il faut l’accord de tous les détenteurs pour effectuer une transaction. Il est possible d’ouvrir en indivision avec un mineur non émancipé ou un adulte incapable.
  • Compte de titres pour mineurs : peut être ouvert au nom d’un mineur par et sous la responsabilité de son représentant légal.
  • Compte de titres pour adulte incapable : peut être ouvert au nom d’un adulte appelé personne incapable, par son représentant légal et sous la responsabilité de ce dernier.

Quel est son fonctionnement ?

Cela fonctionne exactement de la même manière qu’un compte ordinaire, c’est-à-dire que vous pouvez payer de l’argent, vous en retirer.

La seule différence réside dans le fait que ce compte détient également des actifs financiers.

Les recettes provenant de ces actifs y sont collectées.

Est-ce que cela me permet un choix illimité de supports d’investissement ?

Le compte de titres contrairement à la PEA offre beaucoup de possibilités d’investissement.

En effet, les règlements de la PEA interdisent la détention d’actions non originaires de sociétés de la Communauté européenne et limite le nombre de SICAV et de FCP éligibles, limitant ainsi la diversification au sein de l’EAP.

Quant à sa part, il vous permet d’investir dans les médias suivants :

  • Partager : il s’agit d’un titre correspondant à une action du capital d’une société, l’action confère à son détenteur un droit de vote, ainsi que l’attribution de dividendes.
  • Obligation : c’est un moyen d’emprunter de l’argent pour l’État, les entreprises privées, etc. La durée de l’engagement est connue à l’avance. Le détenteur d’obligations percevra des « coupons », y compris les intérêts à l’échéance régulière. Les obligations à taux fixe et à taux variable sont distinguées des obligations indexées.
  • SICAV : Société d’investissement à capital variable, c’est un produit d’épargne collective, composé d’actions et d’obligations gérées par la société elle-même. Investir dans SICAV est intéressant de diversifier son portefeuille de titres. Les investisseurs ici sont actionnaires, en tant que tels, ils participent à l’AG. L’intérêt est également d’accéder aux marchés difficiles pour les « petits » investisseurs, car le montant minimum d’investissement est élevé.
  • FCP : Les fonds communs de placement, comme les SICAV, font partie de la catégorie OPCVM (Organisation de placement collectif des valeurs mobilières). Ils sont basés sur le même principe : une société de gestion gère un ensemble de titres. Ici, les investisseurs ne sont pas actionnaires parce que le fonds n’a pas de personnalité juridique, et donc n’ont pas le droit de vote, ils sont considérés comme membres d’une copropriété.
  • Dérivés : on peut mentionner, principalement, les contrats à terme, les options, les swaps. Tous ces produits sont appelés dérivés parce que leur valeur est fonction d’un actif sous-jacent.

Ce compte, en raison de sa spécificité, entraînera-t-il des frais supplémentaires ?

Ce compte vous permet d’investir en bourse, il détient vos actifs financiers, de sorte qu’il supporte les coûts liés à cette activité :

  • Honoraires correspondant aux droits de garde sur le compte de titres (ils représentent quelques dizaines d’euros voir quelques centaines par an mais sont déductibles du revenu imposable).
  • Frais de courtage (coût de passer des ordres en bourse, ils peuvent être forfaitaires ou proportionnels au montant de la commande).
  • Coûts liés à la détention de Unités OPCVM (frais d’abonnement, gestion…).

Partager :
Show Buttons
Hide Buttons